Image Alt

Gardien d’oiseaux sur Scharhörn

L'emploi saisonnier le plus extraordinaire de Hambourg

Pas d'eau courante, toilettes extérieures

Le lieu de travail saisonnier le plus extraordinaire de Hambourg se trouve sur une île de 150 hectares dans la mer des Wadden. Depuis 1947, des gardiens d'oiseaux vivent régulièrement sur Scharhörn en été - le reste de l'année, la petite île est déserte. Leur travail : compter les oiseaux (autrefois également les baguer) et les observer ; jusque dans les années 1970, éloigner les voleurs d'œufs ; aujourd'hui, ils inspectent également les déchets échoués et guident les touristes.

Sur le toit du nouveau conteneur d’habitation, on peut voir jusqu’à Helgoland par temps très clair. À marée haute, la mer du Nord n’est qu’à quelques pas et des parties de l’île se brisent. Les clients doivent s’inscrire et, après un séjour d’une heure, repartir avant la prochaine marée. Scharhörn se trouve au milieu du parc national de la mer des Wadden de Hambourg et donc exactement au centre du patrimoine naturel mondial d’Esbjerg à Den Helder. Et Scharhörn est un paradis pour les oiseaux.

Scharhörn vu d'en haut. On distingue tout juste le logement du garde-oiseaux. © Martin Elsen

L’île est devenue une réserve naturelle dès 1939, et depuis 1990, elle se trouve dans la zone 1 particulièrement protégée du parc national. Raison : Scharhörn est l’un des endroits les plus riches en oiseaux de toute la mer des Wadden. En 2019, les gardes-oiseaux ont observé un total de 168 espèces d’oiseaux, certaines n’apparaissant qu’une seule fois (huppe fasciée), d’autres par dizaines de milliers (bécasseau variable, knout, courlis cendré, bécassine des marais). 24 espèces d’oiseaux y nichent, dont certaines rares comme le rougequeue à front blanc et le hibou des marais. Depuis quelques années, plusieurs centaines d’eiders ont découvert Scharhörn comme lieu de nidification.

Le tout premier garde-oiseaux ne fit qu’une brève apparition en 1938, puis la Wehrmacht, qui installa une position antiaérienne et interdit l’accès à l’île à partir de 1940. La station ornithologique d’Helgoland a obtenu qu’au moins les soldats intéressés recensent les populations nicheuses. Mais ils se sont aussi généreusement servis dans les œufs de goélands argentés et de sternes. Les premiers gardes-oiseaux officiels de 1947 ont d’abord dû faire le ménage. De la position antiaérienne détruite, il y avait partout des débris, des fils de fer barbelés, des parties de bunker explosées et des débris de verre. Les cabanes d’habitation étaient endommagées, les murs et les toits pleins de trous. La cuisine se faisait d’abord sur un feu ouvert en plein air. Pourtant, le journal de la gardienne d’oiseaux Friederun Jannasch est rempli d’inscriptions comme celle-ci : ‘Retour par le watt : beaucoup de coques claires dans les algues comme des fleurs dans une prairie d’été, des criques bleues et les premiers nuages depuis cinq jours, de jolis petits cumulus qui remontent du continent’.

 

Hébergement des gardiens d'oiseaux à Scharnhörn © Peter Körber

Une journée normale de garde d’oiseaux se déroule ainsi : Selon le temps et la marée, observer et compter les oiseaux chanteurs et autres espèces dès les premières lueurs, souvent d’abord de l’intérieur pour éviter qu’ils ne s’envolent immédiatement. Monter sur le toit du conteneur et continuer à chercher les canards, les oies, les cormorans et autres avec des jumelles et une longue-vue (télescope d’observation spécial à deux yeux). Dans les marais salants et les dunes, à la recherche de parents avec des petits d’espèces nichant cachées comme l’eider à duvet et la bernache cravant. Documenter les déchets sur le parcours de comptage représentatif et les collecter sur toute l’île. Guider un groupe de visiteurs. Inscrire le soir en ligne les données de la journée dans des listes. Faire la même chose tous les deux jours sur l’île voisine de Nigehörn. Faire attention à l’environnement : Quand quelles plantes commencent à fleurir ? Où l’érosion est-elle particulièrement forte ?

C’est le comptage qui demande le plus de pratique et de patience. Si des nuages d’oiseaux apparaissent, c’est le stress pur pour les nouveaux gardiens d’oiseaux. L’astuce consiste à mémoriser la circonférence, la surface de dix animaux sur le bord, puis à passer mentalement en revue tout l’essaim et à appuyer sur le compteur dans la main après chaque groupe de dix. Le résultat final multiplié par dix donne le nombre d’oiseaux dans la volée. Les professionnels le font en quelques regards et en quelques secondes. Mais au bout de quelques semaines, même les nouveaux deviennent des professionnels.

Sterne caugek sur Scharhörn © Peter Körber

Sur Scharhörn, les gardiens d’oiseaux sont aussi des éboueurs. Les déchets échoués sont documentés, triés et éliminés. Les gardes-oiseaux parcourent régulièrement certaines parties de la plage avec une pince à épiler et un questionnaire – tout n’est pas en plastique, il y a aussi des oiseaux ou des phoques morts ou malades dans le sable. Principal poste : déchets de pêche. Des bottes en caoutchouc, des gants, mais surtout des morceaux et des restes de filets, qui se retrouvent désormais sous forme de fils colorés dans presque une touffe d’algues sur deux échouées. En 2016, une campagne de ramassage des déchets a permis de récolter environ 1,6 tonne de déchets en une journée sur Scharhörn et Nigehörn.

Les candidats à ce poste doivent avant tout être en forme, car le trajet jusqu’à Neuwerk, la plus grande île voisine habitée, prend à lui seul environ deux heures par trajet. Il faut alors connaître les espèces : celui qui ne sait pas distinguer l’oie cendrée de l’huîtrier pie n’est pas à sa place sur Scharhörn. Continuer : Patience. Ici, tout est basé sur la météo et les contacts avec les marées, le travail, les transports. Ceux qui ont des problèmes avec la solitude ne devraient même pas penser à Scharhörn. En cas de brouillard épais ou de tempête, l’île peut être inaccessible pendant plusieurs jours. La persévérance est importante : les bénévoles travaillent de début avril à fin octobre, jusqu’à ce que le dernier ferry régulier parte pour Cuxhaven. Et il faut aimer la vie simple : l’eau potable arrive dans des bidons, il n’y a jamais eu l’eau courante. Les bidons doivent être transportés à la brouette depuis le lieu de déchargement jusqu’au conteneur d’habitation, en passant par des dunes et des dépressions humides, sur près d’un demi-kilomètre. Les toilettes sont à l’extérieur. On y cuisine, dort, vit et travaille sur 48 m². Les denrées alimentaires arrivent toutes les deux semaines par tracteur ou lorsque le Wattwagen amène des invités, ou bien on va les chercher à pied à Neuwerk. 

Toilettes extérieures sur Scharhörn © Peter Körber

Qui participe à ce genre de choses ? Les gens qui veulent être gardiens d’oiseaux sur Scharhörn sont tombés amoureux de la côte et veulent la vivre plus longtemps, purement et si possible seuls. Le calme, l’espace, la nature, pouvoir faire quelque chose de complètement différent pour une fois – c’est ce qui compte le plus. Nombreux sont ceux qui profitent des mois passés au Watt pour faire une pause entre les périodes de formation et les périodes professionnelles. Avant, il n’y avait presque que des hommes sur Scharhörn, aujourd’hui, il y a plus de femmes. Les personnes intéressées sont de plus en plus jeunes. Depuis 1947, plus d’une centaine de gardiens d’oiseaux sont venus ici, 13 deux fois, et un est même venu quatre fois. Ils sont venus et viennent de toute l’Allemagne et de temps en temps au-delà. Les lieux d’origine les plus éloignés étaient la Bavière et la Suisse. Le taux d’abandon est faible, selon l’association Jordsand, qui sélectionne, recrute et encadre les gardiens d’oiseaux depuis le début.

La fascination de Scharhörn, tout le monde le dit, c’est le contraste total – avec la grande ville, la routine, la promiscuité, l’agitation, le ciel vide et, pour certains, avec les collines et les montagnes. C’est vrai depuis les premiers gardiens d’oiseaux après la guerre jusqu’à aujourd’hui. En août 1948, la gardienne d’oiseaux Friederun Jannasch écrivait : ‘Au retour, au crépuscule, la mer et le sable brillent partout où nous allons, nous marchons comme à pas d’argent, et les traces argentées de nos pas restent visibles derrière nous pendant un petit moment. Une plage de conte de fées’. Dans un langage légèrement différent, tout le monde sans exception signerait encore cela aujourd’hui. Scharhörn est le lieu de travail saisonnier le plus extraordinaire de Hambourg.

Chilehaus
Fischertwiete 2
D-20095 Hamburg

Le Point Info est ouvert du lundi au vendredi de 10 h à 15 h. Nous nous réjouissons de vous accueillir dans nos nouveaux locaux à Fischertwiete. Vous pourrez vous faire conseiller par nos collaborateurs compétents ou simplement fouiller vous-même dans le passé.

gratuite

gratuita